Aller au contenu principal Aide Panneau de contrôle

Accueil «   La mairie «   Intercommunalité «  

UN DEFIBRILLATEUR sur l’espace intercommunal de Chonas Saint Prim

C’est un des lieux publics les plus appropriés pour accueillir ce équipement : les adhérents des associations le fréquentent régulièrement , les habitants des deux communes, y organisent leurs fêtes de famille et surtout, c’est l’espace sportif.

Le Syndicat Intercommunal de Chonas Saint Prim a acquis un défibrillateur semi–automatique.
Il est installé contre le mur de la salle polyvalente, à côté de l’entrée, à l’extérieur et accessible à tous.
L’enjeu est important : parvenir à augmenter les chances de sauver des vies après un arrêt cardiaque.
Pour faire connaître l’existence du défibrillateur et son fonctionnement, le président du syndicat, Jean Jacques PLASSON a invité les responsables des associations des deux communes pour une information faite par Monsieur Petit Richard de la société Schiller qui a fourni l’équipement.
Les chiffres sont éloquents : en France, 50 000 personnes décèdent par an après un arrêt cardiaque.
Au cours d’activités sportives la proportion augmente : dans le seul département de l’Isère, on dénombre 2 décès par jour.
La multiplication des défibrillateurs accompagnée de la formation de la population aux premiers secours permettrait d’augmenter considérablement les chances de survie.
L’appareil est portable. La chaîne de survie schématisée – pour que l’intervention soit simple et rapide - figure sur le boîtier lui-même : après avoir appelé les secours, si possible commencer tout de suite un massage cardiaque, pendant que l’on sort l’appareil du boîtier. Il suffit alors de le mettre en route à l’aide d’un bouton et suivre les indications vocales, lesquelles sont visibles simultanément sur un petit écran. Après analyse du rythme cardiaque, l’appareil détermine s’il faut ou non envoyer un choc électrique.
La sensibilisation à la formation aux premiers secours est, parallèlement à cela, capitale, et trop peu répandue dans notre pays. Une loi rend obligatoire les formations « apprendre à porter secours » dès l’école primaire : progressivement, tous les enfants recevront cette formation.
Consciente de l’importance de l’enjeu, lié à l ‘apprentissage du geste du massage cardiaque suivi de la manipulation du défibrillateur, l’équipe du syndicat intercommunal réfléchit à l’organisation d’une démonstration à plus grande échelle.