Aller au contenu principal Aide Panneau de contrôle

Accueil «   Tourisme «   La forêt alluviale «  

Connaissance des enjeux naturalistes sur la commune de Chonas-l'Amballan

La LPO Isère gère une base de données, plate-forme collabortive en ligne : Faune-Isère. Celle-ci compte aujourd'hui plus de 1 600 000 données de faune (vertébrés ou invertébrés) dont l'authenticité est vérifiée par une équipe de valideurs qui assurent ainsi la fiabilité des observations.

Sur la commune de Chonas-l'Amballan, 540 observations ont été réalisées depuis 2006 (seules les 10 dernières années ont été prises en compte) pour 105 espèces différentes.
La carte ci-dessous montre la répartion des données sur le ban communal. Cette carte permet de constater que la majorité des données est localisée le long du Rhône, l'est de la commune étant moins prospecté. Cependant, ctte répartitoon des données n'est que le reflet des milieux visités par les naturalistes,
ce qui signifie qu'un secteur disposant de peu ou pas de données n'est pas forcément inintéressant.

Taxon Nb d'espèces   Nb de données
Papillons 2 2
Libellules 11 12
Oiseau 82 5
Reptile 3 531
Mammifère 4 4

Un peu plus de 100 espèces ont été contactées sur la commune, dont 13 sont des invertébrés. Les oiseaux représentent la majorité des espèces rencontrées. En effet, plus de 80 % des données contenues dans Faune-Isère concernent des oiseaux.


Les berges du Rhône abritent des espèces inféodées aux milieux humides ou aux boisements qui les bordent (ripisylves) dont certaines sont encore assez communes comme le canard colvert, la gallinule poule d'eau. À l'échelle nationale, régionale et départementale, ce sont les espèces inféodées aux milieux aquatiques qui ont des statuts de conservation les plus défavorables. Le héron pourpré, le bihoreau gris ou l'aigrtte garzette sont des espèces dont les populations nicheuses en Isère ont quasiment disparu. Ces ardéidés nichent en colonie, dans des boisements alluviaux ou des roselières denses dont la disparition impacte directement les populations. Le bruant des roseaux est en danger d'extinction en Isère où il devient très rare.

Ces espèces ont été observées à Chonas-l'Amballan, ponctuellement ou plus ou moins régulièrement. Des détails sur leur écologie sont disponibles sur le site Internet de la LPO Isère. http://isere.lpo.fr/partager/fiches-especes-2

Concernant les espèces généralistes, des oiseaux encore assez communs sont observés régulièrement : merle noir, fauvette à tête noire, grimpereau des jardins, mésange charbonnière, mésange noire, mésange bleue, etc.

La commune de Chonas-l'Amballan dispose de quelques zones forestières qui abritent des espèces comme le pouillot fitis ou le pouillot siffleur (tous deux en danger d'extinction en Isère), la tourterelle des bois (quasi menacée de disparition). Une bonne gestion forestière est l'alliée de la biodiversité : les vieux arbres sont des habitats de prédilection de nombreuses espèces (invertébrés). Ils sont à la base de la chaîne alimentaire et constituent des abris pour des espèces comme les chauves-souris ou les chouettes hulottes qui se servent des cavités (creusées ou non par les pics) pour nidifier.

Les milieux ouverts des espaces agricoles sont des milieux de prédilection pour les espèces comme la pie-grièche écorcheur qui affectionne les friches, l'hypolaïs polyglotte qui niche dans les buissons, le busard Saint-Martin (en danger d'extinction) qui niche dans les plaines agricoles. Ces milieux ouverts sont le terrain de chasse ou d'arrêt en migration de nombreuses espèces comme le grand-duc d'Europe, la cigogne blanche, etc. Une bonne gestion de ces espaces prend en compte l'écologie des espèces pouvant y nicher ou s'y nourrir et passe souvent par la conservation de haies, de bandes enherbées et la non-utilisation de traitements phyto-sanitaires.

Les milieux urbains peuvent abriter des hirondelles rustiques et des hirondelles de fenêtre. Les effectifs de ces espèces ont considérablement diminué ces dernières années. La préservation des sites de nidification (granges, sous-pentes de toit) et la préservation de la ressource alimentaire (insectes) permettra aux hirondelles de se maintenir.
Les connaissances sur les mammifères et les rep les sont très incomplètes. Les enjeux existants sont concentrés autour des cours d'eau, pour le castor et la loutre par exemple. Aucun obstacle sur un affluent du Rhône ne doit être présent pour que l'espèce puisse remonter les petits cours d'eau.
Le tableau des espèces observées dans la commune est disponible dans le document joint